Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
BOUVAINCOURT SUR BRESLE aujourd'hui
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Photos de BOUVAINCOURT SUR BRESLE
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE village fleuri
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE commissions externes
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
BOUVAINCOURT SUR BRESLE la page des pecheurs






Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE TAP



permis de construire
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel
Mairie de BOUVAINCOURT SUR BRESLE le site officiel

L'histoire de BOUVAINCOURT SUR BRESLE

Architecture de l’église :


        L’église de Bouvaincourt est dédiée à Saint-Hilaire. Il faut savoir que jusqu’en 1716 on parlait de la paroisse de Saint-Hilaire, de Cantepie et de Lisle. On parla ensuite de la paroisse de Bouvaincourt ou Saint-Hilaire de Bouvaincourt.

        L’église de Bouvaincourt a la forme d’une croix latine. Il s’agit d’une construction très ancienne de l’époque de transition élevée en la Seigneurie de Cantepie. On y entre par un porche à deux entrées ogivales, l’une au nord et l’autre au sud. L’épaisseur des murs à cet endroit est de 1,70 m. Ils supportent une tour romane carrée à quatre étages. Aux deuxième et troisième étages du clocher, on aperçoit des meurtrières. Au quatrième on peut voir trois fenêtres.

        Au fronton une sorte de lucarne. Le tout est à plein cintre (dont la courbure est un demi cercle). Au sud, à la jonction du clocher de l’église, on aperçoit un reste de tourelle ronde dans laquelle une meurtrière est ouverte.

        Le chœur comprend cinq fenêtres alternativement à plein cintre ou légèrement ogivales. Elles sont inégales et sept fois plus longues que larges. Le chœur est séparé de la nef par un grand arceau.

En 1858, le cimetière entoure l’église.

– Fronton : ornement vertical, le plus souvent triangulaire au-dessus de l’entrée de l’entrée de l’édifice.


Les possessions de la paroisse :

   En 1733, les biens de la paroisse consistait en une masure sur laquelle était bâti le presbytère et aussi 1,5 journal de terre tenu du fief du Chellier (Abbeville), 4,5 journaux en plusieurs pièces. L’une d’un journal était en labour, les trois autres en bois tenues côtièrement et en roture de la terre et seigneurie de Lisle-Saint-Hilaire.

   Le dénombrement des bénéfices en 1692 s’élevait à un revenu de 150 livres. Il n‘avait guère augmenté en 1736.

  La dîme (un dixième des récoltes) se divisait entre les Jésuites de Eu, le Chapitre de Gamaches (celui-ci avait 1/3 de sur Lisle-Saint-Hilaire et 1/6 de Bouvaincourt) et le curé du lieu. En 1337, la dîme de Cantepie fut cédée à l’abbaye du Lieu-Dieu par l’abbé Guillaume du Tréport moyennant 1 livre et 10 sols.

   A partir de la loi du 10 septembre 1792, les curés ne sont plus responsables de la tenue des registres de l’Etat civil. Le conseil général de la commune (aujourd’hui le conseil municipal) choisit le 11 novembre 1792 Monsieur Duminy pour officier public chargé de cette fonction.

   Il faut signaler que la paroisse de Cantepie restera après la Révolution un certain temps sans curé. Elle n’avait pas repris sa place dans l’organisation nouvelle.

     Sous le chœur de notre église, ont été inhumés le 30 juillet 1701 Nicolas de Friaucourt, écuyer, Seigneur de Lisle-Saint-Hilaire et Tully, et le 6 septembre 1728 Antoinette de Friaucourt, femme de Pierre Hubert de Fontaines.


La chapelle Saint-Sauveur :

     La chapelle fondée en 1203 sur les terres d’une ancienne maladrerie1, fut dédiée au Seigneur de Cantepie. Elle est située sur la route de Bouvaincourt à Eu. Elle fut rénovée en briques en 1852 dans une imitation maladroite du style ogival.

     Cette chapelle était vénérée, surtout par les marins du Tréport et de Cayeux. Pendant longtemps elle fut un lieu de pèlerinage. A partir de minuit, on faisait trois fois le tour de la chapelle avec les animaux (surtout les poules et les chevaux).


La statue de Saint-Sauveur ;

    C’était une statue très ancienne. Elle portait des habits sacerdotaux, une chape2 antique retenue par une agrafe enforme de trèfle. L’aube et l’étole3 sont croisées. La tête est couverte d’une couronne fermée, des cheveux bouclés tombent sur les épaules.

        Malheureusement cette statue fut dérobée.


1 - Maladrerie :  hospice, hôpital pour lépreux.

2 - Chape :  manteau de cérémonie dans la religion chrétienne.

3 - Etole : bande d’étoffe que le prêtre porte au cou dans l’exercice de fonctions liturgiques.

  

L'histoire du clocher du village

L’église et ses secrets :

Cette histoire a été écrite et réalisée dans le cadre des activités

T.U.C (Travaux d’Utilité Collective) dans les années 1980.

Bouvaincourt sur Bresle

Arrondissement d'Abbeville

canton de Gamaches

114 r République

80220 BOUVAINCOURT SUR BRESLE